Freezy home : New York

INSTA LIFE

Voici un article que je souhaitais rédiger depuis un moment. New York, la ville qui émerveille. Il y a des endroits comme ça, sur notre chère planète, où l’on se sent tout simplement bien.

Je considère cette ville comme une vieille amie, celle qui nous accueille, qu’on retrouve comme si on ne l’avait jamais quittée et qui nous donne ce sentiment de familiarité naturellement. C’est en 2009 que débute une grande histoire d’amour avec la Big Apple, LA révélation. Suite à ces quelques jours, je me suis promis d’y retourner du haut de mes 18 ans même pas encore bachelière (han la gamine!). En 2013, j’ai vraiment découvert la vie new yorkaise à travers un échange proposé par mon école, pour une durée de 6 mois (par ici les images). Mon mode de vie se résumait à celui d’étudiante puis de stagiaire: dans un univers de musique électronique, de bars brooklynites, de visites culturelles et rarement accompagnée de français. A quoi ça sert de traverser l’Atlantique si c’est pour se déplacer physiquement pour ne pas voyager humainement? J’ai donc fait plusieurs rencontres très riches, de différents bords professionnels, sociaux, générationnels et de différentes nationalités. J’ai croisé des amis d’un soir et d’autres avec qui je suis toujours en contact. C’est ça, le Melting Pot local. Pas de chichis, on s’en fiche royalement si tu te trimballes avec le chapeau du chat d’Alice au Pays des Merveilles (vu et approuvé). Les gens communiquent, ça paraît simple comme ça mais détrompez-vous, ça ne l’est pas à la Ville Lumière!

Une fois rentrée, je n’ai pas retrouvé de magie en vivant à Paris. Alors oui, C’est une belle ville, il faut vraiment être « miro » pour le nier. Malheureusement, il y a trop de barrières entre les gens. C’est en partant vivre ailleurs qu’on le réalise. On se regarde en chien de faïence dans le métro, en soirée les gens restent en groupe, les petits gestes de courtoisie se perdent, aider l’autre devient un acte de bravoure rare (ou même quelque chose perçue comme bizarre?) et bon sang que les gens tirent la tronche. J’ai donc tout fait pour fuir cette atmosphère pesante. Chose dite chose faite, je suis repartie pour 3 mois l’année dernière. Cette fois-ci, c’était de manière indépendante. Après plus de 7 heures de vol, j’ai posé le pied sur le sol, je me sentais chez moi. Je n’ai pas eu l’impression de partir en vacances, plutôt la sensation d’être retournée à la maison. Grâce aux personnes qui ont croisé ma route, ces 3 mois furent intenses et tellement enrichissants. Assistant un jeune créateur « qui monte » (il a récemment habillé Beyoncé et Solange tout de même), j’ai travaillé dans une ambiance sérieuse mais bonne enfant avec un fond musical de culture afro-américaine remixée. Je vivais dans le quartier de Bushwick (le futur Williamsburg) en compagnie de danseurs dans un grand loft. Comparé à l’année précédente, côté sortie j’ai changé d’ambiance  pour des soirées hip hop ou concerts en plein air. C’est à ce moment-là que j’ai relancé ce blog. J’ai continué à découvrir la ville qui ne cesse de me surprendre en me promenant dans les autres « Neighbors » (Queens, Bronx), le New Jersey, le nord de l’état de NY… On n’a jamais fait le tour.

Ma dernière venue est le sujet de cet article. Plus qu’inattendu, j’ai refait un tour de manège en janvier dernier. Cette fois-ci, j’ai mis de côté l’extravagance et la superficialité de la mode pour travailler sur un tournage. Ce fut une très belle aventure en compagnie de personnes remarquables. Habituellement présente durant la saison estivale, j’ai troqué mes sandales pour des moonboots. Pour ceux qui ont suivi les informations météorologiques c’était lors du fameux « blizzard » sur la côte est. J’assistais le second cameraman sur le terrain. Nous avions pour mission de capturer de belles images (rues, détails, ponts, rooftops…), j’en ai donc profité pour prendre des photos. C’était génial de voir la ville en plein hiver. Je passais mes journées dehors du lever au coucher du soleil (à – 7 °C, chapka allure chubby, collants enfilés et zou!). Je n’avais jamais vu ce paysage urbain ainsi: gris, bleu puis blanc; glacial, poétique même fantomatique avec ses lumières inquiétantes.

Après tout ce blabla de fanatique, je vous laisse découvrir mes clichés par thème de couleurs. Bonne balade!

GRIS
BLEU

J’aimerais aussi vous parler du logo de ce blog, je l’ai imaginé l’été dernier. Il s’agit d’une vue en contre-plongée de buildings new yorkais (comme ci-dessous). Cela résume ma personnalité et l’esprit de ce blog: ouvrir son esprit, regarder plus loin que le bout de son nez, s’intéresser aux autres personnes, à leur culture, savoir s’enrichir et apprendre d’eux.

BLANC

(crédits photos: The Little Margarita, Olivier Deparday)

xoxo

LM

Publicités

2 Comments

Add yours →

  1. Toutes ces photos font tellement rêver! Et quelles jolies aventures!
    Quelle chance tu as eu de pouvoir partir là-bas, la culture doit être tellement différente et passionnante! Je n’y suis peut-être jamais allée mais pourtant je partage complètement ton avis, la France est un pays un peu individualiste je trouve par rapport à d’autres pays plus chaleureux, et si ça ne tenait qu’à moi, je collerai des sourires à tous les gens que je rencontre 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :